jeudi 31 août 2017

Peindre un train Playmobil

La tâche qu'un ami m'a demandé après lui avoir réaliser ses bâtiments que j'ai traité dans l'article "04/avril-1945-region-de-royan-les-mathes." , cela a été de lui vieillir un train entier playmobil pour ses enfants. Le train étant constitué d'une locomotive avec tender plus des wagons de marchandises, passagers.



Avant d'arriver à ce stade de vieillissement, je vais vous expliquez comment procéder c'est valable aussi pour peindre des jouets , trains électrique etc....
Dans un premier temps il faut commencer par démonter ce qui est le plus facile : les wagons.



La seconde étape sera la locomotive, pièce fragile , qu'il faudra protéger à cause du moteur qu'elle possède.. idem pour les auto collants . Pour cet article , elle ne sera pas démonter !
Voilà le train au complet prêt à partir en rénovation.








la phase de démontage terminée la séance d'apprêt auto " Kent" peut démarrée .


Les châssis seront peint en seconde couche noir mat " KENT"





Une autre couche , cette fois ci de couleur rouille est appliquée sur l'ensemble




Tout l'ensemble sera peint à l'aérographe avec de l'Humbrol , ensuite de la peinture à l'huile pour les variantes de couleurs, le tout dilué avec de l'Essence Fou Essence de térébenthine.
Je commence par peindre les toits en commençant soit par des teintes métalliques, de blanc, soit le contraire et pour finir la corrosion. Le travail de la peinture sera constant jusqu'à la fin avec des rajouts de pastels si cela est nécessaire.
Sur un toit métallique des touches de rouilles diluées( voir très) sont clairsemées sur certaines parties, qui deviendront plus ou moins accentuées. J'utilise ces deux teintes.




Le blanc est appliquer suivant les endroits très diluer, le but étant de faire ressortir la peinture usagée.
 









Après avoir vue les différentes possibilités avec la teinte blanche, celle métallique donne un autre aperçu.





On suivra l'évolution des toits lors du vieillissement complet des wagons.
Les wagons sont peints par la suite entièrement à l'humbrol 








La phase suivante sera de ternir les couleurs brillantes non pas avec un vernis mat mais en effectuant des mélanges appropriés à la couleur du wagon


Ces mélanges seront appliqués par brossage répétitif avec plus ou moins de couleurs selon l'effet désiré.


L'essence F est appliquée sur la peinture fraîche avec un brossage léger.


Tout le travail de la peinture se fera par brossage, de dilution, de rajout de peinture...de rouille et pour finir un voile de poussière.
Cela donne ceci en 3 phases !
phase 1





phase 2
 




Phase 3







La peinture du plateau est suivit d'un travail sur la rouille puisque le wagon est constitué d'une carcasse métallique avec un plancher bois.









Après les teintes de rouille ( humbrol et acrylique ), la peinture à l'huile sera utilisée pour accentuer
les variations de la rouille , le brossage à sec atténuera les variations de la couleur.







Après les brossages répétitifs, on passe au vieillissement proprement dit à base de pigments.





Le process est toujours le même avec les brossage constant pour éclaircir la peinture, en parallèle le début avec une rouille légère qui s'assombrira par la suite.




Des pointes d'orange viendront accentuer le vieillissement.



ensuite la rouille fera le reste avec la poussière comme compagne.









Le travail sur la locomotive est plus délicat car il n'y a pas de démontage particulier, ce qui nécessite une protection des moteurs, des feux, de la décoration et surtout le mécanisme de la motrice.





Après le traditionnel apprêt gris, viendra le noir mat sur lequel des brossages de noir d'ébène seront appliquer.
C'est un glacis acrylique " Marabu " utilisé dans les arts et loisirs.





Le résultat est d'avoir une machine empoussiérée ( sans rouille ).







Une vue d'ensemble du train








Il ne vous reste plus que vos pinceaux pour vous jeter à l'eau.

FIN